Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Ateliers d'étude du Shôbôgenzô avec Yoko Orimo
Publicité
Visiteurs
Depuis la création 145 503
Ateliers d'étude du Shôbôgenzô avec Yoko Orimo
Archives
23 octobre 2012

Apprendre les kanji

 

Premier atelier d’étude du Shôbôgenzô 06/10/12 au Dojo Zen de Paris

 

Animé par Yoko Orimo

 

Dessiner et apprendre des kanji

 

fichier à télécharger en docx : Y_Orimo_DZP_2012_10_06_kanji

fichier à télécharger en pdf :  Y_Orimo_DZP_2012_10_06_kanji

 

Pendant la première partie de l'atelier du 06/10/2012 Yoko Orimo nous a initiés aux kanji qu'elle avait classés en 5 groupes (cf "guide de travail du Zazengi" dans la catégorie "Références" sur le blog) et elle nous a fait de nombreux tracés au tableau. Le contenu de ce message (et donc du fichier mis en téléchargement ci-dessus) contient mes notes et celles de mon mari François enrichies grâce à internet puis complétées par Y. Orimo. Les règles pour le tracé qui figurent au début viennent essentiellement du site http://kanji.free.fr/docs.php?doc=draw&page=2 et une grande partie des tracés viennent du site : http://www.romajidesu.com/kanji/%E7%A6%85.

                                                                                                           Christiane Marmèche

Quelques règles pour le tracé

 

règles tracé kanji

 

DEUX PRONONCIATIONS

 

Un caractère possède une ou plusieurs prononciations qui lui sont propres. Elles peuvent être de deux types :

 

– prononciation on Cette prononciation correspond à la lecture des mots d'origine chinoise. Par exemple, le kanji 人 employé seul se prononce nin et signifie un humain. Il s'agit d'une prononciation de type on

 

– prononciation kun Cette prononciation correspond à la lecture des mots d'origine japonaise. Par exemple, le kanji 人 employé seul se prononce hito et signifie personne. Il s'agit d'une prononciation de type kun.

 

Précision : la lecture on c'est quand les Japonais prononcent des mots composés provenant de la Chine. Pour chaque mot il y a au moins une lecture on, parfois deux ou trois, et ça c'est plus compliqué. Pour l'instant vous ne retenez qu'un seul son on et vous retenez ceci : quand le caractère sino-japonais apparaît tout seul c'est la lecture kun, et quand il y a des mots composés avec deux ou trois caractères sino-japonais c'est la lecture on.

 

 Le U se prononce ou, le E se prononce é

 Le CH se prononce tch (comme dans tchao)

 Le J se prononce dj (comme dans jeans)

Le R n'existant pas en japonais, on se prononce un peu comme L.

 

Quelques exemples :

 

Groupe 1

Les kanji ont souvent une origine concrète.

groupe 1a

groupe 1b

Groupe 2 : indicatif

ichi   二 ni   三 san  : 1, 2, 3  (prononciation: « itchi », « ni », « sane »)    et    十    : 10

  haut, supérieur, monter     se lit  "jô" (On) et "ue" (Kun)

milieu, moyen                se lit "chû" (On) et "naka" (Kun)

bas, inférieur, descendre      se lit "ge(gué)" (On) et "shita" (Kun)

 

Groupe 3 : association d'idées

bois (= 2 arbres) se lit "rin" (On), "hayashi" (Kun)

    forêt (= 3 arbres) se lit "shin" (On), "mori" (Kun) (on trace d'abord celui d'en haut)

畑, 男, 如, 明 (pour ces caractères voir le message où se trouve la liste du groupe 3)

col (= montagne + monter et descendre) se lit "tôge" (Kun) -il n'y a pas de lecture On pour ce caractère inventé par les Japonais, non par les Chinois.

s'asseoir(la terre + 2 humains) se lit  za (On) "suwa" (Kun)

 

Groupe 4 : à gauche le radical,

                   ce qui compte c'est le son donné par l'élément de droite

groupe 4

Groupe 5 (très fréquent) : transcription phonétique

坐禅 [zazen],

 禅那 [zenna] translitération phonétique du mot sanskrit “dhyana”, chan'na en chinois.
 

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité