Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Ateliers d'étude du Shôbôgenzô avec Yoko Orimo
Publicité
Visiteurs
Depuis la création 145 503
Ateliers d'étude du Shôbôgenzô avec Yoko Orimo
Archives
22 octobre 2012

Qu'est-ce qu'un kanji ?

 

Qu'est-ce qu'un kanji ?

 

Dans le Shôbôgenzô maître Dôgen écrit en chinois, et aussi en japonais.

Le kanji est un caractère chinois. Il est utilisé par les japonais mais en général la prononciation est différente.

Par exemple Tenbôrin est un fascicule du Shôbôgenzô. Si on regarde le texte japonais en édition moderne on voit qu'au début l'écriture est très compacte, c'est chinois. Voici la première phrase :

先師 天童 古佛上堂擧、世尊道、一人發眞歸源、十方虚空、悉皆消殞。

Et après quelques lignes massives c'est un peu plus espacé, il y a des caractères de l'écriture japonaise mélangés aux kanji :

 いま擧するところの

Cette écriture chinoise s'appelle kanbun. Ce mot kanbun s'écrit comme cela : 漢文. Kan désigne la dynastie des Han (le même caractère 漢 se lit Kan en chinois et Han en japonais), c'est une dynastie qui a régné de 206 avant JC jusqu'à 220 après JC (à peu près). Les kanji sont les caractères qui ont été utilisés par les gens de cette dynastie, et kanbun veut dire « l'écriture des personnes de la dynastie des Han ».

L'écriture des Japonais s'appelle wabun 和文. Wa désigne le Japon. Les caractères sont des hiragana (いま…) comme vous le voyez ci-dessus, et aussi des katakana.

Il faut voir qu'à l'époque médiévale ici en Europe le latin était la langue savante et officielle, personne n'écrivait les choses très compliquées en français. Au Japon c'était pareil, à l'époque médiévale tous les écrits savants étaient en kanbun, autrement dit en écriture chinoise. C'est maître Dôgen qui le premier a écrit un recueil d'une très grande densité et d'une très grande profondeur en mélangeant des kanbun (car il y a des citations) et des wabun, donc en japonais. Ça ne se faisait pas à l'époque au Japon.

L'art de la calligraphie

L'écriture chinoise a été introduite au Japon par la transmission des textes sacrés du bouddhisme (les sutra) traduits au début de l'ère moderne du sanskrit au chinois. La calligraphie a pris une autre dimension quand l'écriture des kanji a fait partie de la pratique des moines zen et est devenu un art à part entière.

Voici une calligraphie de 無  mu (négation, il n'y a pas) dans un style assez éloigné du kanji.

Mu Deshimaru

 

 

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité